IREJ | Calendrier

Agrégé à la dignité de la justice, l'expert à des devoirs corollaires. L'ouverture d'esprit, l'aménité, l'impartialité, l'esprit de dialogue, la conscience des conséquences de ses conclusions et la rectitude morale doivent être non son fardeau mais son privilège. Voilà pour les qualités de l'esprit de cœur. Pour l'expert de justice, science rime avec conscience. Et voici qu'inversement et non moins véridiquement, conscience implique science. Qu’il s'agisse de la formation initiale ou de la formation continue, de l'expérience acquise ou de l’expérience renouvelée, le premier devoir moral de l'expert vis-à-vis de lui-même, du juge et des parties est de maintenir le niveau et l'actualité de ses connaissances théoriques et pratiques. La spécificité de la qualité de l'expert est d'être autant un état qu'une activité professionnelle et d'offrir même le loisir de n'être qu'un expert ou de ne l’être qu'occasionnellement.